Les départs volontaires ne donnent pas droit au chômage mais ils permettent de recevoir une prime de licenciement deux ou trois fois plus importante que l'indemnité de préavis. Selon le bureau de ressources humaines LHH, cette formule rencontre de plus en plus de succès dans les cas de licenciements collectifs.