Parmi les pays du Printemps arabe, seule la Tunisie a encore évité de sombrer dans la violence ou la répression, mais ses profondes divisions et son instable voisinage constituent une menace permanente.