Ils rêvent certes de décrocher une médaille mais pour les athlètes syriens les JO de Rio (5-21 août) permettront surtout d'offrir un rayon de soleil à leur peuple qui subit depuis cinq ans une guerre ayant fait plus de 280.000 morts.