Beaucoup d'Israéliens des classes moyennes auront davantage à l'esprit la crise immobilière et le prix exorbitant des appartements au moment d'aller voter mardi, que les menaces sécuritaires brandies par le Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu.