L'Afrique du Sud, qui voue un véritable culte à son premier président noir Nelson Mandela, a depuis longtemps fait le deuil de sa présence sur la scène publique, et envisagé la disparition de cette figure tutélaire, familière et protectrice, souvent appelée "Tata", un terme respectueux signifiant père.