"Non à un gouvernement pour les riches et les patrons". Le message asséné mardi par les syndicats réunis en front commun à quelque 5000 manifestants était clair: ce gouvernement de droite ne sera pas le fossoyeur des acquis sociaux, ou il devra faire face à une rupture de la paix sociale.