Un mois après les attaques xénophobes dans certains townships sud-africains, la plupart des commerçants étrangers ont toujours trop peur pour rentrer chez eux.