Malgré un temps idéal, les transats restent désespérément vides au bord de la piscine de cet hôtel quatre étoiles de Djerba, victime comme bien d'autres en Tunisie de la désaffection des touristes depuis l'attentat du Bardo il y a deux mois.