Les dizaines de milliers de "bonnes" venues des Philippines, du Sri Lanka ou du Vietnam pour travailler dans des familles chypriotes, craignent de devoir quitter l'île car leurs employeurs n'ont plus les moyens de les payer.