Alors que deux nouvelles attaques ont ensanglanté le nord du Liban la semaine dernière, l'inquiétude gagne la capitale, Beyrouth. Pourtant dans la banlieue sud, bastion du mouvement chiite Hezbollah, victime d'un attentat le 15 août, la vie semble reprendre son cours.