Comme si perdre trois bébés en trois ans n'était pas assez dur, le calvaire d'Ahmed Youssef al-Moustapha et de son épouse, réfugiés syriens au Liban, s'est prolongé faute d'avoir trouvé un espace pour les enterrer dignement.