Lutter contre le phénomène de pauvreté infantile n'est pas qu'une nécessité sociale, c'est aussi un investissement rentable pour l'État. C'est ce qui ressort d'une étude menée par la Vlerick Business School et commandée par la Fondation Pelicano, qui oeuvre contre la précarité des enfants. Ainsi, un euro dépensé par le gouvernement dans cette optique rapporterait entre 5 et 9 euros sur le long terme.