Avec un parti d'extrême droite qui la talonne et un probable partenaire de coalition eurosceptique, la chancelière allemande aura du mal à faire avancer l'intégration européenne et les réformes de la zone euro tels que les envisage la France notamment