Un éventuel bon parcours de la Belgique lors de la Coupe du Monde au Brésil aurait un impact macro-économique extrêmement limité, selon ING Belgique qui se base sur de précédentes études et observations du marché.