L'accession annoncée à la présidence tournante de l'Union africaine (UA) du controversé président zimbabwéen Robert Mugabe suscite embarras ou indifférence chez ses pairs, mais envoie un mauvais signal et nuit à l'image de l'organisation panafricaine, estiment les critiques.