34, c'est en pourcent la prise de participation de Nissan dans Mitsubishi Motors. Nissan vole de la sorte au secours du contructeur japonais englué dans un scandale de fraude.