La capitale Islamabad vit depuis la mi-août au rythme des manifestations des opposants Imran Khan, ancienne vedette de cricket reconverti en homme politique nationaliste, et Tahir ul-Qadri, un chef religieux établi au Canada, qui exigent la démission du Premier ministre Nawaz Sharif. La crise est devenue chaos ce week end, avec des violences qui ont fait 3 morts et 500 blessés.