De plus en plus de Belges travaillent à temps partiel. Fin 2013, dans le secteur privé, ils étaient 35% de plus qu'il y a dix ans. Depuis la crise, les employeurs privilégient ce type de contrats qui attirent de nombreux salariés.