Les patrons flamands, représentés par le Voka, ont qualifié la colère syndicale de disproportionnéé et incompréhensible. Du côté de la FEB et d'UCM on rappelle que la loi de 96 concerne également la compétitivité des entreprises. La changer nuirait à la position concurrentielle de la Belgique.