Ils sont plus de deux millions au Pakistan. Enfants, hommes et femmes qui travaillent gratuitement, endettés à vie, parfois sur plusieurs générations, prisonniers d'un système où les intérêts d'un emprunt dépassent ce qu'ils peuvent rembourser.