Considérée comme discriminatoire par le Conseil d'État, la première mouture de la taxe sur les comptes-titres a été retravaillée. De nouveaux produits entrent désomais dans le calcul de cet impôt.