"On nous a abandonnés. Il n'y a plus de docteurs, plus d'hôpitaux. Et bientôt, plus de médicaments." A 70 ans, Anna Vendarenko s'inquiète: 30 ans après l'explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl, l'Etat russe va couper ses subventions aux victimes des radiations.

Erreur interne du serveur - LeVif

Malheureusement, la page ne peut pas être affichée. Le serveur connaît un problème temporaire. Réessayez plus tard.