Dix ans après la vague qui a arraché son nouveau-né de ses bras, Mi Htay reste hantée par le souvenir de ses trois enfants emportés par le tsunami de 2004, comme des centaines d'autres d'immigrés birmans dont les corps n'ont jamais été identifiés.