Le président des Etats-Unis Donald Trump a mis en garde, depuis le Bureau ovale, Google, Twitter et Facebook contre ce qu'il estime être un manque d'impartialité. Des accusations fermement contestées par Google, qui a assuré ne pas orienter les résultats de son moteur de rechercher vers "une quelconque idéologie politique".