Si les conséquences directes du putsch manqué en Turquie ne semblent pas poser de risque pour les entreprises étrangères, la prudence est de rigueur sur le moyen-long terme.