Le confinement et le télétravail avaient fait plonger l'activité de transport de personnes. Uber Eats avait en partie compensé cette perte. Les réservations de voitures ont enfin repris de l'élan au second trimestre, mais le recrutement de chauffeurs n'a pas suivi. En Bourse, les investisseurs ont sanctionné l'action.