La direction européenne de NLMK estime sa survie menacée si les pays européens venaient à suspendre leurs importations d'acier russe. 2.500 emplois sont concernés en Europe, dont un millier en Belgique.