A l'heure où le conflit russo-ukrainien se joue aussi dans les médias, plusieurs chaînes nationales ukrainiennes ont déjà été coupées en Crimée. ATR, une chaîne généraliste tatare, continue son travail d'information mais craint elle aussi d'être coupée car son objectivité dérange.