Les chiffres de croissance de la zone euro au deuxième trimestre ont déçu les analystes. Le PIB a stagné, dû surtout à un recul de l'activité en Allemagne, traditionnelle locomotive de l'Europe.