Tout sur Allemagne

Le plan de relance allemand de 130 milliards d'euros s'ajoute à l'énorme plan de soutien de plus de 1.000 milliards d'euros mis en place au plus fort de la pandémie. Reste que certains analystes se montrent dubitatifs sur l'efficacité de certaines mesures, jugées trop ponctuelles. Ils auraient préféré des baisses d'impôts plus structurelles et des mesures économiques de long terme.

L'Allemagne a annoncé un plan de relance de 130 milliards d'euros pour les années 2020 et 2021. Selon Angela Merkel, ce plan vise à stimuler l'économie allemande durement touchée par la pandémie de Covid-19. Parmi les mesures annoncées figurent notamment une baisse temporaire de la TVA et des transferts de dettes des communes vers l'État fédéral.

Les premiers assouplissements des restrictions sanitaires font naître une lueur d'espoir en Allemagne. L'indice ifo qui mesure le climat des affaires a un peu progressé. Mais il reste à un niveau tellement bas que les chances d'une reprise en V s'amenuisent.

L'entreprise allemande Mitte Water Lab, soutenue par le géant Danone, prévoit de commercialiser une machine à gazéifier l'eau début de l'année prochaine. Tout comme son concurrent direct Sodastream, la société berlinoise mise sur la tendance du " fait maison " mais également, sur les préoccupations environnementales de tout à chacun.

L'Allemagne a terminé l'année écoulée avec une croissance économique de 0,6% seulement. Le moteur traditionnel de l'économoie européenne a fait moins bien que la moyenne de la zone euro, son pire résultat depuis 2013.

Tesla a commencé ce mardi à livrer ses premiers véhicules sortis tout droit de sa nouvelle usine chinoise, à Shanghai. Des Model 3 dont la production sera ensuite suivie par celle du prochain Model Y, a annoncé sur place son patron Elon Musk. Une étape majeure pour le spécialiste des voitures électriques qui entend se profiler comme un constructeur d'envergure mondiale.

Plombée par le ralentissement de son industrie, l'économie allemande commence à voir la lumière au bout du tunnel. C'est en tout cas ce qu'affirme l'institut économique Ifo, qui vient de confirmer ses prévisions de croissance pour l'an prochain, tout révisant en légère hausse celles pour l'année suivante.

Les patrons d'entreprises belges cotées en bourse gagnent moins que leurs homologues français ou allemands. C'est ce qui ressort d'une enquête européenne de la Vlerick Business School, menée auprès de 899 sociétés. Autre constat : les salaires les plus élevés ont baissé dans 40% des entreprises belges ces trois dernières années.

L'Allemagne a finalement échappé à la récession prévue par nombre d'économistes. Contrairement au prévisions, le produit intérieur brut du pays a progressé de 0,1% au troisième trimestre. Confirmant les tendances des derniers mois, la croissance allemande a avant tout été soutenue par la consommation, avec une progression des dépenses des ménages mais aussi de celles de l'Etat.

L'arrivée annoncée de millions de voitures électriques sur nos routes constitue un veritable défi pour le secteur automobile mais aussi pour les gestionnaires de réseau électrique. L'un d'eux en Allemagne a toutefois réussi à démontrer, test à l'appui, qu'il serait plus judicieux et moins coûteux de favoriser une recharge lente de ce type de véhicule plutôt qu'instantanée.

La guerre commerciale et le ralentissement de l'économie mondiale continue de plomber le moral des entrepreneurs allemand. L'indice Ifo, qui le mesure, est d'ailleurs retombé durant ce mois d'août à un nouveau plus bas depuis près de sept ans. De quoi relancer les craintes d'une récession en Allemagne, la première économie européenne.

ResiGrass à Anvers, spécialisée dans le gazon artificiel, vient tout juste d'installer une succursale en Allemagne pour y doper ses activités. Il faut dire que ce marché est vaste et offre beaucoup de potentiel. L'Autriche devrait suivre.

La perspective de taxes américaine inquiète bien évidemment les milieux financiers, au premier rang desquels la bourse de Francfort où l'on fustige la politique de Donald Trump.

Le ministre américain du Commerce a remis son rapport sur l'industrie automobile. Rapport sur lequel la Maison Blanche va se baser pour imposer ou non des taxes à l'importation sur les véhicules européens. Une perpective qui inquiète tout particulièrement l'Allemagne.

Outre la Grande Bretagne, les risques s'accumulent également en Espagne, en France et en Italie. Le ralentissement économique allemand est également source d'inquiétude pour la zone euro. Faut-il pour autant craindre une crise généralisée ?

La Banque centrale européenne a maintenu ses taux d'intérêt au plus bas jeudi, sur fond de conjoncture frôlant la stagnation, un mois après l'arrêt de son programme historique de soutien à l'économie.

Comme l'ensemble de l'économie européenne, la croissance allemande a ralenti en 2018. Le PIB a progressé d'1,5% seulement durant l'ensemble de l'année. C'est moins que les 2,2% de 2017. Mais certains éléments exceptionnels ont pénalisé la production Outre-Rhin.