Tout sur Banque centrale européenne

La BCE a elle aussi décidé d'agir pour contrer les effets dévastateurs sur l'économie du Covid-19. Si elle ne bouge pas ses taux, l'institution va racheter pour 120 milliards d'euros de dette publique et privée supplémentaires d'ici la fin de l'année. Elle va par ailleurs assouplir certaines exigences à l'égard les banques afin de favoriser les prêts aux PME.

L'épargnant belge, grand perdant de la politique monétaire de la Banque centrale européenne. Une politique de taux bas qui profite, certes, aux emprunteurs mais qui pèse lourdement sur le rendement de nos livrets. Au point que nous serions même les plus mal lotis de toute la zone euro.

Alors que le Belge s'endette de plus en plus pour acheter son logement, le gouvernement prévoit, sur les conseils de la Banque nationale de Belgique, d'exiger des banques qu'elles augmentent leurs fonds propres si elles prennent des risques.

Depuis 2015, la Banque centrale européenne injectait chaque mois des milliards pour soutenir l'économie. Mais dès janvier prochain, elle va réduire ces injections de moitié, tout en maintenant ses taux inchangés.

Après leur avoir donné des sueurs froides le mois dernier, Mario Draghi a tenté de rassurer les investisseurs à l'issue de la réunion mensuelle de la Banque centrale européenne. L'économie va mieux mais la politique ultra-accomodante de l'institution ne sera pas abandonnée prématurément.

Accusée d'avoir causé la crise de 2008, la finance de l'ombre (shadow banking) n'a jamais autant prospéré qu'aujourd'hui. C'est ce que pointe un rapport de la Banque centrale européenne qui s'inquiète de l'ampleur prise par ces acteurs qui échappent au contrôle des gendarmes financiers.