Tout sur bateau

La Belgique est une plaque tournante logistique. Et comme l'économie se redresse, le trafic de fret augmente. Cela se remarque déjà sur la route. Selon l'Agence flamande de la circulation, il y a maintenant 5 à 13% de trafic de marchandises de plus qu'avant la pandémie.

Le dragueur belge Deme utilise un navire hôtel pour remettre son personnel au travail. Le navire est situé au large des côtes d'Ostende. Les employés doivent d'abord y entrer en pré-quarantaine pendant deux semaines avant de pouvoir travailler sur un bateau de dragage ou sur un navire offshore. Une façon d'éviter l'embarquement du coronavirus.

C'est dans l'hémisphère sud que la pollution au plastique est la plus visible. Quatre jeunes français réunis dans le projet Plastic Odyssey se sont entourés de scientifiques pour développer des systèmes de recyclage, sans brevet, les moins chers possible, faciles à installer et à réparer.

2017 était une bonne année pour le Port de Bruxelles. Avec près de 7 millions de tonnes transportées par voie d'eau, l'activité portuaire a progressé de 7% sur un an.

Depuis quatre ans, l'entreprise Knauf utilise les voies fluviales pour le transport de ses palettes. Un mode logistique encore peu développé chez nous, mais prometteur, et qui représente une alternative sérieuse à la route.

A Strasbourg, un commerçant de légumes a trouvé une idée originale pour livrer sa marchandise. Avec sa pagaie en bois, son petit moteur électrique et son moteur thermique quand il ne peut pas faire autrement, Christophe Moegling déambule dans Strasbourg à bord d'une barque à fond plat. Une démarche écologique qui plait aux clients et restaurateur du centre ville.