Tout sur Brussels Airlines

A 10 jours de la reprise de l'activité aérienne pour les voyages non-essentiels, Brussels Airport, Brussels Airlines et TUI ont voulu rassurer les voyageurs sur leur sécurité: contrôle de la température via caméra thermiques et port du masque seront obligatoire à bord de l'avion dès l'âge de 6 ans. Un redémarrage des activités qui intervient dans un contexte difficile.

Conscients des enjeux et des risques pour leur entreprise, les pilotes de Brussels Airlines ont présenté ce mercredi leur solution pour sauvegarder la compagnie. En front commun, ils proposent à la direction une réduction temporaire de leur temps de travail et de leur salaire pouvant aller jusqu'à 45%. De quoi économiser quelque 100 millions d'euros et maintenir ainsi tous les pilotes et le personnel de cabine à bord.

Le trafic passagers tourne au ralenti à Zaventem. L'aéroport dresse le bilan du mois d'avril: 17.042 voyageurs sont passés à Brussels Airport. Loin, très loin des 2 millions 287.000 de l'an dernier à pareille époque.

Les représentants du personnel ont été informé vers 9h au siège de la compagnie. La direction de Brussels Airlines leur a présenté son plan de redressement. Suppression de lignes, réduction du nombre d'avions. Un millier d'emplois est concerné.

Plafond relevé pour le contactless / Pas de vols Brussels Airlines avant le 15 mai / Les ventes de BMW ont chuté de 20%

Volkswagen, Volvo, Audi ... / Rome prévoit de nationaliser Alitalia / Brussels Airlines va suspendre ses vols / Amazon augmente les salaires et recrute

Quel pourrait être l'impact pour le secteur aérien de cette suspension des vols depuis l'Europe vers les Etats-Unis ? Tout dépend des acteurs et de leur situation financière. Certaines compagnies aériennes risque en tous cas de battre de l'aile. Des faillites ne seraient d'ailleurs pas exclure.

La suspension pour 30 jours de tous les vols en provenance d'Europe vers les Etats-Unis, n'est évidemment pas une bonne nouvelle pour le secteur aérien. Chez nous, elle va encore alourdir l'impact du coronavirus sur les activités de Brussels Airport mais aussi de Brussels Airlines et du voyagiste TUI Belgium.

Les entreprises commencent à prendre des mesures contre le coronavirus. Brussels Airlines a annoncé ce vendredi qu'elle réduirait de 30% ses vols à destination et en provenance du Nord de l'Italie à partir du 2 mars. Mêmes mesures chez les compagnies britanniques Easyjet et British Airways. Les analystes eux prévoient un ralentissement de la croissance.

Syndicats et responsables RH se retrouvaient ce lundi pour discuter du plan de départs volontaires chez Brussels Airlines. Pas tous les syndicats toutefois, la CSC a été exclue de la première phase de négociation car elle dénonce une restructuration déguisée qui permettrait à la compagnie de se soustraire à ses obligations.

Brussels Airlines veut dégager une marge bénéficiaire d'au moins 8% d'ici 2022. Pour y arriver la compagnie devra économiser quelque 160 millions d'euros par an d'ici là. La direction compte sur de nombreux départs volontaires.

Brussels Airlines a annulé ce matin deux vols aller-retour vers la Tunisie opérés exclusivement pour Thomas Cook. Des annulations justifiées par les arriérés de paiements du tour-opérateur, qui ont impacté plus de 500 voyageurs belges. La chute du voyagiste est un véritable coup dur pour Brussels Airlines.

L'intégration de la compagnie aérienne Brussels Airlines à Eurowings n'ira pas plus loin, a indiqué le groupe Lufthansa lundi. A l'avenir, Brussels Airlines entretiendra par contre des contacts plus étroits avec d'autres filiales du groupe dont Lufthansa, Austrian Airlines et Swiss.

Nouvelle pagaille dans le ciel belge ce jeudi matin. Une ènième action des controleurs du ciel a entraîné la fermeture de l'espace aérien entre 09h30 et 13h00. Conséquence: une centaine de vols ont dû être annulés à Bruxelles et Charleroi. De quoi irriter Brussels Arlines qui envisage une action en justice. La Région wallonne envisage, elle, de se passer des services de Skeyes.

La compagnie belge a présenté ce mercredi l'intérieur de ces nouveaux avions long-courrier. Des avions qu'elle ne loue plus désormais, pour la première fois de son histoire. Montant de l'investissement : 70 millions d'euros pour choyer un peu plus sa clientèle.