Tout sur Chine

Les confinements imposés il y a un an et demi ont laissé des traces en Chine. Pendant plusieurs semaines, l'approvisionnement en nourriture a été très perturbé, parfois même coupé. Une situation que les autorités veulent à tout prix éviter à l'avenir. De grandes serres high tech ont donc été créées pour produire localement.

Première nation à être totalement sortie de la crise de la covid-19, la Chine montre déjà des signes de ralentissement de son insolente croissance. Certes la production industrielle a augmenté de près de 10% en avril, mais on est bien loin des 14% enregistrés en mars. Les ventes au détail, ont elles-aussi nettement ralentis. En cause, visiblement, la hausse des prix des matières premières.

La hausse rapide du coût des matières premières a entraîné une augmentation plus importante que prévu des prix à la production en Chine. Une hausse rapide qui a alimenté ce mardi les inquiétudes concernant une inflation non maîtrisée qui pourrait avoir un impact mondial. Il faut dire que la Chine est le plus grand exportateur au monde.

Ortis prépare des solutions naturelles à base de plantes depuis trois générations. Pour relancer sa croissance, l'entreprise mise sur sa nouvelle e-boutique sur une plateforme de vente chinoise. Une façon d'atteindre les clients asiatiques, sans intermédiaire cette fois.

Tout comme au niveau mondial, les dépôts de brevets par les sociétés, universités et autres établissements de recherches belges sont restés stables l'an dernier. Seule exception, les secteurs des technologies médicales et de l'ingénierie chimique qui se sont montrés très actifs. Les demandes y ont explosé respectivement de 42 et 91%.

La Chine, qui se considère remise du Covid-19 vise une croissance de 6% pour 2021. Et compte profiter de la reprise économique pour réformer son économie en misant notamment sur les nouvelles technologies.

2020, année d'activité intense à la Bourse de Hong Kong. Selon les calculs du Financial Times, les investisseurs y ont échangé quatre fois plus d'actions qu'à la Bourse de Londres. Hong Kong a pris des allures de Nasdaq asiatique grâce aux introductions en Bourse des nouvelles entreprises technologiques chinoises.

Malgré la crise sanitaire, l'économie chinoise s'en sort plutôt bien en 2020 puisqu'elle affiche une hausse de 2,3% de son PIB. Un chiffre qui dépasse les attentes des analystes. Il faut dire que la Chine, berceau du coronavirus, semble avoir réussi à maîtriser la pandémie sur son territoire. Alors que son économie tourne de nouveau à plein régime.

Malgré la pandémie le commerce extérieur chinois affiche de bon résultats. Le total des importations et des exportations de la Chine a progressé de presque 2% l'an dernier. Les exportations chinoises ont grimpé de 4% et les importations ont chuté de 0,7%. Les échanges commerciaux avec les Etats-Unis se sont d'ailleurs intensifiés.

Accélération de la demande, pression des objectifs climatiques et production de véhicules plus abordables, l'année 2021 pourrait bien selon les experts être celle de la percée des véhicules électriques sur le marché.

Bien sûr les nouvelles prévisions de l'OCDE sont moins bonnes que celles présentées en septembre. Mais elles indiquent indiquent tout de même une croissance pour l'an prochain, grâce notamment aux vaccins.

La Chine va imposer des droits de douane aux vins australiens qu'elle accuse de concurrence déloyale. L'Australie elle, dénonce des mesures punitives après qu'elle ait demandé une enquête indépendante sur l'origine du Coronavirus.

Ce dimanche 15 pays asiatiques ont signé le plus grand accord de libre-échange du monde. Les 10 membres de l'Asean, l'organisation des pays d'Asie du Sud-Est, plus la Chine, le Japon, la Corée du Sud, la Nouvelle-Zélande et l'Australie. Ensemble, ils représentent la moitié de la population mondiale et un tiers de l'économie mondiale.

Le géant chinois du commerce en ligne a connu un 'Single's Day' record avec près de 65 milliards d'euros de vente. Un résultat qui traduit le marché toujours en croissance des géants de la technologie chinoise. Mais, le gouvernement de Pékin entend les maîtriser.

C'est une introduction en bourse record qui se profile, la plus grosse jamais réalisée de mémoir d'investisseur. Le chinois Ant, propriétaire du géant du paiement en ligne Alipay, prévoit de lever plus de 34 milliards de dollars lors d'une double introduction en Bourse à Hong Kong et Shanghai.

Alors que l'Europe est confrontée à une deuxième vague de la pandémie, la Chine, elle, a retrouvé le sourire. La deuxième puissance économique mondiale semble en effet avoir maîtrisé la propagation du virus. La vie y reprend donc son cours et les affaires reprennent de plus belle. Preuve s'il en est les dernières statistiques qui démontre une nette reprise de l'économie.

Grâce à un accord exclusif de licence conclu avec Link Health et Pregene, Bone Therapeutics confirme sa technologie. Et pourra recevoir jusqu'à 55 millions d'euro, dont des paiements initiaux et d'étapes à hauteur de 10 millions d'euros dans les 24 prochains mois.

En raison de la pandémie de coronavirus, beaucoup moins de mariages sont célébrés à travers le monde. Les professionnels du secteur sont donc inquiets, chez nous, mais aussi à Suzhou en Chine. La ville exporte en effet une grande partie de ces articles nuptiaux vers le reste du monde.