Tout sur Climat

La Commission européenne a dévoilé les premiers contours de son plan "Fit for 55" qui doit diminuer de 55% les émissions de gaz à effet de serre en 2030. Le recours aux énergies renouvelables doit être favorisé envers et contre tout. Aujourd'hui, toute émission de CO2 doit avoir un prix.

Le moral des dirigeants d'entreprise allemands s'est légèrement amélioré. L'indice info du climat des affaires s'affiche à 96,8 contre 96,6 en mars. Une progression d'accord mais moins forte qu'espéré.

C'est devant le tribunal civil de Bruxelles que l'association Klimaatzaak intente une action contre l'Etat fédéral et contre les trois Régions. La Belgique a approuvé tous les rapports du GIEC mais ne respecte pas ses engagements estiment-ils, ce qui met en danger les citoyens. Leur action en justice repose sur deux principes.

Les chefs d'entreprise belges croient en une reprise de l'économie en 2021. Ils sont même plus optimistes que leurs collègues étrangers. Même s'ils affichent certains craintes notamment face à la menace croissante de cyberattaques, ou encore la sur-régulation pour venir à bout de la pandémie.

Le plan européen de réduction de CO2 vise une baisse des émissions de 55% d'ici à 2030 par rapport aux niveaux de 1990. Un objectif qui, selon la Commission, aurait un impact limité sur la croissance européenne. Un objectif qui pourrait profiter surtout aux pays qui, comme la Belgique, sont importateurs d'énergie et moins aux pays qui devront réduire leurs productions de gaz ou de pétrole.

Accélération de la demande, pression des objectifs climatiques et production de véhicules plus abordables, l'année 2021 pourrait bien selon les experts être celle de la percée des véhicules électriques sur le marché.

La Pologne et la Hongrie ont levé leur véto. Le budget de l'Union européenne est débloqué et le fonds de relance Next Generation EU de 750 milliards d'euros est enfin libéré. Ce sommet se conclut aussi par l'engagement de réduire de 55% les émissions de gaz à effet de serre en 2030 par rapport au niveau de 1990. Ce qui ouvre la voie à l'objectif de neutralité carbone à l'horizon 2050.

La Banque centrale européenne a lancé ce jeudi la première révision de sa stratégie depuis 2003. Une révision très attendue mais qui ne sera pas terminée avant la fin de l'année, a prévenu sa présidente Christine Lagarde.

Mis à mal par son procès en destitution aux Etats-Unis, le président Donald Trump a surtout vanté son bilan économique ce mardi lors d'un discours au Forum économique de Davos. Un discours dans lequel il a également rejeté ceux qu'il a qualifié de "prophètes de malheur" du climat, sous les yeux de la jeune militante Greta Thunberg.

Les organisateurs du Forum économique mondial de Davos mettent en évidence les risques climatiques. Ils ont choisi de graver ces préoccupations dans le marbre en modifiant leur manifeste datant des années 70.

La question des véhicules alternatifs suscite le débat chez nous. En Flandre notamment, où la ministre de l'Environnement Zuhal Demir milite pour des voitures de société "zéro émission". Elle en appelle donc au fédéral pour inciter fiscalement les Belges à rouler plus vert.

Lors de son grand oral devant le parlement européen, la présidente de la BCE s'est dite prête à revoir la stratégie de l'institution. Une stratégie remise en cause en raison des difficultés à maintenir l'inflation dans les clous. Pour autant, Christine Lagarde avertit qu'un tel processus prendra du temps.

Depuis Monaco, le GIEC a présenté son rapport sur l'évolution des océans et de la cryosphère. Et le constat est alarmant puisque l'élévation du niveau des mers atteindrait entre 30 et 60 cm en 2100, et ce, même en cas de réduction significative des gaz à effet de serre.

Chez Amazon aussi l'objectif d'être neutre en carbone est mis en avant. Le géant américain du commerce en ligne a commandé 100.000 camionnettes électriques pour ses livraisons à domicile. De la poudre aux yeux, dénoncent les manifestants des grèves pour le climat qui ont eu lieu ce vendredi aux quatres coins de la planète

Parti mi-décembre de Katowice en Pologne, où s'est tenue la COP24, il est le symbole du shift modal qu'entendent réaliser les entreprises de fret ferroviaire pour le climat.

La FEB a présenté ce lundi à la presse son mémorendum électoral. Un mémorandum dans lequel elle évoque toute une série de propositions offrant, selon elle, des réponses concrètes aux défis sociaux, économiques, écologiques et de gouvernance.