Tout sur Comeos

Chez nous, la réouverture des magasins français inquiète. Il faut dire que les commerces non essentiels sont également ouverts en Allemagne, au Luxembourg et aux Pays-Bas. Les commerçants belges craignent donc de voir les consommateurs partir faire leurs courses de fin d'année à l'étranger. Ce qui signifierait la fin pour beaucoup d'entre eux.

Cinquante membres de Comeos, et la fédération des entreprises de Belgique ont adressé ce mardi une lettre au fédéral. Ils demandent de l'aide pour payer leurs loyers. Des loyers qui représentent 10 à 20% de leur chiffre d'affaires, un fardeau insurmontable pour certain alors que les enseignes sont fermées.

Depuis le confinement, le secteur de la mode en Belgique a perdu un milliard et demi d'euros de chiffre d'affaires. Les magasins de vêtements espéraient récupérer une partie de cette somme durant les soldes. 40% de ventes en moins par rapport à l'an dernier : les deux premières semaines de soldes ne sont pas à la hauteur des espérances.

Les premiers chiffres le confirment, le début des soldes est pour le moins décevant. Malgré des rabais conséquents, les clients ne sont pas au rendez-vous. La faute, selon les commerçants, aux mesures prises pour contenir la propagation du coronavirus, et notamment l'obligation de faire ses achats seul.

Port du masque obligatoire pour les clients dans les magasins et dans les centres commerciaux à partir de samedi. La décision du Comité de concertation est saluée par les représentants du personnel. Mais le risque de sanctions inquiètent les commerçants.