Tout sur Commission européenne

Lorsque la pandémie a frappé en mars 2020, la Commission européenne a activé pour la première fois la clause de sauvegarde générale du pacte de stabilité. De quoi permettre aux États membres de sortir des clous budgétaires pour affronter la crise. La reprise économique étant de retour, l'exécutif européen rouvre désormais le débat sur la politique fiscale, mais ne veut toutefois pas aller trop vite.

Sortir du TCE, c'est la demande de quelques manifestants devant les institutions européennes. Le TCE, c'est le Traité sur la Charte de l'énergie. Un Traité qui organise le commerce des produits énergétiques et qui protège les investissements dans le secteur. Selon les manifestants, le texte empêche les Etats de changer leur politique en matière climatique.

La Cour de Justice de l'Union européenne a annulé la décision du Tribunal obligeant la Belgique a restituter 900 000 millions d'avantages fiscaux récupérés auprès d'entreprises multinationales présentes dans notre pays. Un pas de plus dans une saga sur la légalité de ces supposées aide d'Etat. Même si l'histoire promet d'être encore longue.

Les ministres des finances de l'Union européenne ont donné leur feu vert ce lundi aux plans de relance de 4 pays supplémentaires: la Croatie, Slovénie, Lituanie et Chypre. Portant le total des plans approuvés à 16. Sur 27 Etats membres.

La Commission européenne a donné plus de détails sur ses plans de réduction des émissions pour les transports. L'exécutif européen souhaite, par exemple, introduire une taxe sur le kérosène ou encore supprimer les quotas gratuits d'émissions pour les compagnies aériennes. Ce qui ne sera pas sans conséquence pour les prix des billets d'avion.

Après six mois de travail entre ses différents gouvernements, la Belgique a remis ce vendredi à la Commission européenne, son projet de plan de relance de 5,9 milliards d'euros issus de subventions européennes. A ce montant s'ajouteront 7,2 milliards dans le cadre d'un plan fédéral plus large de relance et d'investissements.

En Europe, pour le même travail, une femme gagne en moyenne 14% de moins qu'un homme. Une situation aggravée par le manque d'information et de transparence sur les salaires pratiqués dans les entreprises. La Commission européenne veut en finir avec ce qu'elle estime être une source d'inégalité.

Alors que l'Union européenne veut décourager au maximum les voyages non-essentiels, et mieux coordonner l'action des Etats membres, elle envisage également de demander des explications à notre pays sur l'interdiction temporaire de voyages au départ et vers notre pays.

Si elle exclut une fermeture des frontières intra-Europe pour ne pas pénaliser le marché unique, l'Union européenne veut limiter au maximum les voyages non-essentiels. Elle planche sur une nouvelle classification, rouge foncé, pour désigner les zones où le virus circule activement. Et où test et quarantaine pourraient devenir obligatoires.

Le fameux indice Libor disparaîtra dans 11 mois. Un taux d'intérêt britannique à la base de nombreux contrats européens, y compris des prêts hypothécaires. Mais après un important scandale de fraude, il a été décidé il y a 5 ans de supprimer ce Libor. Avec le Brexit est également un fait : L'opportunité parfaite de reprendre le contrôle européen sur des transactions financières aussi importantes, selon le Parlement européen.

Les pays de l'Union européenne doivent s'adapter sans cesse à l'évolution de la pandémie de la Covid-19. Dans ce contexte, la Commission européenne prévoit une croissance beaucoup plus lente. Un retour à la normale n'est pas attendu avant 2022.

A bout de patience, la Commission européenne a adressé une lettre de mise en demeure au Royaume-Uni. L'éxecutif européen demande aux britanniques de modifier leur projet de loi sur le marché intérieur. Et donne un mois au Royaume-Uni pour répondre.

Alors que les fraudes se multiplient sur Internet, et en pleine crise économique, l'attrait pour les crypto-monnaies menace la stabilité en Europe. Cinq ministres des finances européens ont demandé à la commission européenne de proposer rapidement un cadre clair.

Ce jeudi, le vice-président de la Commission européenne s'est rendu à Londres pour demander des explications à son homologue britannique, alors qu'un projet de loi déposé mercredi par le gouvernement de Boris Johnson viole certaines dispositions de l'accord de retrait signé en janvier dernier.