Tout sur Consommation

Sans surprise, les Belges ont fortement réduit leurs dépenses durant les six premières semaines de confinement. Selon une étude d'ING, celles-ci ont baissé de plus de 30% sur un an. Les dépenses dans les supermarchés, les magasins d'alimentation et chez les fournisseurs en ligne non spécialisés ont en revanche nettement augmenté.

Plombée par le ralentissement de son industrie, l'économie allemande commence à voir la lumière au bout du tunnel. C'est en tout cas ce qu'affirme l'institut économique Ifo, qui vient de confirmer ses prévisions de croissance pour l'an prochain, tout révisant en légère hausse celles pour l'année suivante.

Qui dit Black Friday, dit marketing et bien souvent sur-consommation. Pour lutter contre les achats compulsifs, parfois inutiles, et souvent polluant, Ressourses, la fédération des entreprises d'économie sociale coordonne le Green Friday en Belgique.

La Banque nationale appelle le secteur financier à se montrer plus prudent dans l'octroi des crédits hypothécaires en Belgique. L'institution entend dès l'an prochain rendre plus restrictives les conditions de cet octroi. Des conditions qui se sont déterriorées, selon elle, non sans laisser planer un risque sur notre économie.

2018 aura été un bon cru pour le secteur brassicole belge, dont les exportations ont poursuivi leur progression malgré une baisse vers les Etats-Unis et la Chine. En Belgique, la consommation s'est quant à elle enfin stabilisé, alors qu'elle n'avait cessé de reculer ces dernières années. Avec une catégorie qui prend de l'ampleur: les bières faiblement ou pas du tout alcoolisées.

1,2 %, c'est le niveau de croissance que devrait connaître l'économie belge ces trois prochaines années. Un niveau plutôt faible mais pas si mauvais au regard du contexte international, souligne la Banque nationale qui appelle à de nouveaux efforts pour soutenir la productivité mais également les finances publiques.

La Coupe du monde de football influence-t-elle l'économie des pays participants ? Comme en 2014, la banque ING a tenté de répondre à cette question. Résultat: l'impact est... quasiment nul.

La croissance de l'Argentine, 3e économie d'Amérique latine, atteindra 2,7% en 2017, prévoit la Banque mondiale, qui salue le changement de cap économique, amorcé par le président de centre droit Mauricio Macri, arrivé au pouvoir fin 2015.

Le géant de la consommation Unilever est généralement considéré comme une opportunité en or pour profiter du développement des classes moyennes dans les pays émergents. Suffisant pour que l'action garde encore un attrait dans votre portefeuille ? Cédric Boitte, de la société AccioZ nous livre son avis.