Tout sur Crise

L'industrie alimentaire wallonne a été doublement touchée par la crise sanitaire et par l'augmentation des coûts. C'est ce qui ressort des derniers chiffres de la Fevia Wallonie. La voix de l'industrie alimentaire wallonne s'attend à ce que cet impact se poursuive encore cette année. Raison pour laquelle, la fédération sectorielle appelle au maintien des mesures de soutien aux entreprises les plus touchées.

Parmi les secteurs fortement impactés par la crise actuelle, il y a celui du monde du café. Le télétravail obligatoire et la fermeture de l'horeca ont en effet un impact considérable sur les torréfacteurs du royaume. Certains fortement dépendants des entreprises ont la vie dure, d'autres ont eu plus de chance en misant sur le commerce en ligne. Raison pour laquelle beaucoup se sont regroupés autour d'une boutique en ligne commune.

2021 sera-t-elle une année record en matière de faillites ? A en croire une nouvelle étude d'Atradius, la réponse est oui. L'assureur prévoit en effet une augmentation sans précédent des faillites cette année. Une tendance à la hausse qui se dessinerait également au niveau international.

La crise de la Covid-19 a coûté à l'industrie alimentaire un peu moins de 2% de chiffre d'affaires l'an dernier. Les dégâts semblent donc modérés pour le secteur. Mais les entreprises qui approvisionnent l'hôtellerie ou l'événementiel accusent le coup.

Sur l'année écoulée, le bénéfice net de KBC a reculé de 42% à 1,44 milliard d'euros. Un recul sévère que le groupe bancaire explique par la baisse des revenus d'intérêt et de commissions, et par la réduction de valeur sur crédits dans le contexte de la crise de la Covid-19.

Sans surprise, Docks Bruxsel, le dernier né des centres commerciaux bruxellois, termine 2020 sur une baisse de fréquentation. Après une année 2019 record avec plus de 5 millions de visiteurs, le shopping center a accueilli 26% de clients en moins l'an dernier. Malgré tout, la direction reste persuadée d'être en mesure de retrouver les niveaux de 2019, voire même de les dépasser cette année.

2021 sera une année de transition pour la plupart des entreprises, avant une timide reprise des affaires en 2022. C'est en tous cas ce qu'espèrent les responsables d'entreprises belges interrogés par l'Economic Risk Management Group. Si une reprise est attendue l'an prochain, les entrepreneurs s'attendent tout de même à encore observer une perte de 4% de leur chiffre d'affaires en 2022.

Face à la crise de la Covid-19, bon nombre de secteurs ont dû se réinventer. C'est le cas notamment de l'horeca. Frappé de plein fouet, le secteur doit s'adapter pour traverser la crise, grâce entre autres au take away. De la street food vietnamienne à la haute gastronomie, ils sont nombreux à avoir sauter le pas avec succès.

Les prochains films de Warner Bros seront disponibles en streaming dès leur sortie au cinéma. C'est ce qu'a annoncé le mastodonte américain qui parle d'une stratégie ponctuelle visant à limiter l'impact de la crise sur les coûts de production. Une nouvelle qui, comme on peut s'en douter, a du mal à passer auprès des exploitants de salles de cinéma.

L'année avait démarré sur les chapeaux de roues pour Wereldhave Belgium, l'un des plus grands exploitants de centres commerciaux en Belgique. Mais c'était sans compter sur le coup de frein brutal lié à la crise sanitaire. Aujourd'hui, après une reprise plutôt timide, les visiteurs semblent à nouveau arpenter les allées des shopping centers.

Le Belge aime de plus en plus son smartphone. C'est ce qui ressort d'une étude réalisée par Deloitte. Cette tendance, qui préexistait à la crise, a pris beaucoup plus d'ampleur grâce notamment aux mesures de confinement mises en place au plus fort de la pandémie.

Plus de 170 emplois sont menacés chez Ryanair en Belgique, soit deux fois plus qu'annoncé initialement en juillet. Une véritable provocation pour les syndicats alors qu'une procédure Renault est déjà en cours. De son côté, la compagnie aérienne low-cost assure avoir essuyé des pertes plus importantes que prévu.

Oxfam a fait ses calculs. Compte tenu des résultats déjà publiés et selon des projections basées sur le second semestre l'an dernier, les bénéfices de 32 des plus grandes entreprises du monde devraient augmenter de 109 milliards de dollars cette année, marquée par le crise du Coronavirus.