Tout sur croissance

Le gouvernement australien promet des milliards de dollars de dépenses pour soutenir la reprise économique. Le ministre des Finances présente devant la Chambre une série de mesures qui maintiendront le budget dans le rouge pour les années à venir.

L'activité va rester stable ces six prochains mois. C'est l'avis de la moitié des entreprises wallonnes sondées. 20% envisagent un recul, 30% une croissance. Plus d'optimistes que de pessimistes. L'Union wallonne des entreprises prévoit donc une croissance cette année mais modérée. 4,2% contre 4,6% dans l'ensemble du pays.

Changement d'actionnariat pour l'importateur d'équipements médicaux belge Hospidex. Afin de pouvoir assurer son développement dans un secteur en pleine consolidation, l'entreprise tirlemontoise s'est tournée vers Smile Invest, un fonds d'investissement piloté par Urbain Vandeurzen, ex-président de la Gimv.

La crise économique que nous vivons actuellement est, sans conteste, la plus grave crise que nous ayons connu depuis la Seconde Guerre mondiale. Malgré le choc énorme, notre économie devrait toutefois se relever cette année. ING s'attend ainsi à une croissance de 3,6% pour 2021. Croissance qui s'accompagnera néanmoins d'une hausse des faillites et par conséquent, d'une hausse du taux de chômage.

L'économie mondiale devrait croître de 4,7% cette année selon des prévisions de croissance revues à la hausse par les Etats-Unis. Mais la reprise s'annonce longue, et particulièrement compliquée pour les pays en voie de développement, alors que la crise a aggravé les inégalités.

Les chefs d'entreprise belges croient en une reprise de l'économie en 2021. Ils sont même plus optimistes que leurs collègues étrangers. Même s'ils affichent certains craintes notamment face à la menace croissante de cyberattaques, ou encore la sur-régulation pour venir à bout de la pandémie.

La Chine, qui se considère remise du Covid-19 vise une croissance de 6% pour 2021. Et compte profiter de la reprise économique pour réformer son économie en misant notamment sur les nouvelles technologies.

MobilityPlus, qui propose aux entreprises des solutions de recharge pour voitures électriques, vient de boucler un tour de table d'un million d'euros. Une manne d'argent frais qui va permettre à la scale-up gantoise de poursuivre sa croissance, en étendant notamment ses activités à de nouveaux marchés.

Malgré la crise sanitaire, l'économie chinoise s'en sort plutôt bien en 2020 puisqu'elle affiche une hausse de 2,3% de son PIB. Un chiffre qui dépasse les attentes des analystes. Il faut dire que la Chine, berceau du coronavirus, semble avoir réussi à maîtriser la pandémie sur son territoire. Alors que son économie tourne de nouveau à plein régime.

Janvier est le mois de la voiture par excellence dans notre pays. Et ce, même sans réel Salon de l'Auto. Chez Mercedes, l'offensive commerciale digitale a débuté le mois dernier pour les particuliers. Pour ce qui est des professionnels, le constructeur allemand lance un mini salon à partir du 15 janvier. Une expérience axée, sans surprise, sur l'électrification de la gamme.

La locomotive économique de l'Europe souffre, elle aussi, de la crise. D'après l'institut Ifo, la croissance allemande ne devrait finalement atteindre que les 4,2% en 2021, bien loin donc des 5,1% initialement prévus. Faiblement touchée lors de la première vague, l'Allemagne connaît actuellement une recrudescence inquiétante de cas de Covid-19. Une situation telle que le pays s'est à nouveau confiné.

La banque nationale de Belgique mesure le recul du produit à intérieur brut à 6,7% cette année. Un recul trois fois supérieur à celui de la crise de 2008 mais moins grave que redouté. L'année nouvelle devrait marquer le retour d'une croissance progressive avec un PIB attendu en hausse de 3,5%.

La banque nationale de Belgique mesure le recul du produit à intérieur brut à 6,7% cette année. Un recul trois fois supérieur à celui de la crise de 2008 mais moins grave que redouté. L'année nouvelle devrait marquer le retour d'une croissance progressive avec un PIB attendu en hausse de 3,5%.

Bien sûr les nouvelles prévisions de l'OCDE sont moins bonnes que celles présentées en septembre. Mais elles indiquent indiquent tout de même une croissance pour l'an prochain, grâce notamment aux vaccins.

Malgré la crise, le secteur des fintechs belges reste très actif avec pas moins de 368 millions d'euros déjà investis en 2020. C'est six fois plus que sur l'ensemble de l'année dernière. Pour le président de l'association Fintech Belgium, il n'est pas question de s'arrêter en si bon chemin. La Belgique regorge en effet de potentiel en la matière. Un potentiel qui pourrait jouer un rôle important dans la relance économique de notre pays.

L'afflux de migrants stimule la croissance économique. C'est la conclusion de la Banque nationale après une enquête approfondie. L'immigration a eu un effet positif d'au moins 3,5% sur notre PIB en cinq ans. La migration est un thème politiquement sensible dans lequel le débat est plus souvent basé sur des sentiments que sur des faits. La Banque nationale fournit désormais un base objective et révèle également un certain nombre de points faibles de notre pays.

Après la croissance économique décevante du deuxième trimestre, les chiffres provisoires de la Banque nationale pour le troisième trimestre sont beaucoup moins alarmants. Pourtant, l'hémorragie semble loin d'être maîtrisée.

Alors que l'Europe est confrontée à une deuxième vague de la pandémie, la Chine, elle, a retrouvé le sourire. La deuxième puissance économique mondiale semble en effet avoir maîtrisé la propagation du virus. La vie y reprend donc son cours et les affaires reprennent de plus belle. Preuve s'il en est les dernières statistiques qui démontre une nette reprise de l'économie.