Tout sur Croissance

Tout semble aller pour le mieux pour McDonald's Belgique. Selon le top management, 2019 a été un grand cru avec un chiffre d'affaires en hausse de 10% et 3 millions de nouveaux clients. De quoi se montrer optimiste pour 2020 et annoncer l'ouverture de 10 nouveaux points de vente dans notre pays.

L'inquiétude concernant le coronavirus n'a pas manqué ce lundi de peser lourdement sur les Bourses européennes. Une inquiétude alimentée par la comparaison avec le précédent virus du SRAS en 2003, même si les excellentes performances boursières des derniers mois ont sans doute aussi incités les investisseurs à prendre leur bénéfices.

Plombée par le ralentissement de son industrie, l'économie allemande commence à voir la lumière au bout du tunnel. C'est en tout cas ce qu'affirme l'institut économique Ifo, qui vient de confirmer ses prévisions de croissance pour l'an prochain, tout révisant en légère hausse celles pour l'année suivante.

Farmaline devient leader sur le marché des pharmacies en ligne, devançant l'actuel numéro un New Pharma. La plus ancienne pharmacie en ligne de notre pays a fusionné, il y a trois ans, avec Shop Apotheke Europe. De quoi lui assurer une croissance rapide puisque l'enseigne compte désormais plus de 3 millions de clients actifs.

La Banque nationale appelle le secteur financier à se montrer plus prudent dans l'octroi des crédits hypothécaires en Belgique. L'institution entend dès l'an prochain rendre plus restrictives les conditions de cet octroi. Des conditions qui se sont déterriorées, selon elle, non sans laisser planer un risque sur notre économie.

La Banque d'Angleterre a revu ses prévisions de croissance à la baisse, deux mois après les avoir relevées. La perspective d'un 'Brexit' dur inquiète de plus en plus au Royaume-Uni, surtout dans un contexte économique mondial dégradé.

La Banque centrale européenne a maintenu le niveau de ses taux de financement, de prêt marginal et de dépôt. Son président Mario Draghi poursuit un haut degré de stimulation monétaire en zone euro. Il envisage même une nouvelle baisse des taux.

1,2 %, c'est le niveau de croissance que devrait connaître l'économie belge ces trois prochaines années. Un niveau plutôt faible mais pas si mauvais au regard du contexte international, souligne la Banque nationale qui appelle à de nouveaux efforts pour soutenir la productivité mais également les finances publiques.

Dans un contexte international particulièrement instable, le retour de la croissance allemande ne signifierait pas pour autant une embellie certaine au sein de la zone euro ni dans le monde.

L'exercice 2018 s'est clôturé avec un bénéfice en hausse de 25% et des chiffres d'exploitation en croissance de 8%.

Journée difficile pour Biocaris à la bourse de Bruxelles ce jeudi. La biotech a annoncé avoir levé 150 millions d'euros via l'émission d'une obligation convertible. Une opération qui devrait entraîner une hausse du nombre de titres et donc une dilution pour les actionnaires, ce que le marché n'a pas manqué de sanctionner.

Le Premier ministre chinois a mis l'accent sur la relance de l'économie et le soutien à l'activité. Un changement de paradigme nécessaire dans un contexte de guerre commerciale avec les Etats-Unis et sur fond de ralentissement de la croissance à son plus bas niveau depuis 1990.

La Commission européenne a fortement revu à la baisse ce jeudi ses prévisions de croissance pour la zone euro. C'est surtout en Italie que ces prévisions ont été rabotées, même si la Belgique n'est pas beaucoup mieux lotie puisqu'elle se retrouverait l'an prochain parmi les derniers de la classe.

Pour la deuxième année consécutive, l'excédent commercial de la Chine s'est globalement dégonflé en 2018. Il s'est toutefois accentué vis-à-vis des États-Unis, alors même que ces derniers sont excédés par le déséquilibre des échanges bilatéraux.