Tout sur Déficit

Après cinq jours de conclave, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles s'est accordé ce lundi matin sur son budget 2022. Un budget qui sera marqué par des investissements conséquents dans les bâtiments scolaires. Quant au déficit pour l'exercice, il sera maintenu de justesse sous la barre du milliard d'euros.

Le gouverneur de la Banque nationale annonce une reprise économique plus vigoureuse que prévu. 5,5% de croissance cette année. Après le plongeon de l'année dernière, c'est une très bonne nouvelle qui va commencer à se marquer surtout à partir de cet été.

Le gouvernement australien promet des milliards de dollars de dépenses pour soutenir la reprise économique. Le ministre des Finances présente devant la Chambre une série de mesures qui maintiendront le budget dans le rouge pour les années à venir.

Le ministre wallon du Budget revoit à la hausse l'impact de la Covid sur les finances publiques. La pandémie aura coûté 2 milliards 100 millions d'euros l'an dernier. Pour faire face à ses dépenses, la Région a emprunté 5,5 milliards d'euros, profitant des taux bas.

La banque nationale de Belgique mesure le recul du produit à intérieur brut à 6,7% cette année. Un recul trois fois supérieur à celui de la crise de 2008 mais moins grave que redouté. L'année nouvelle devrait marquer le retour d'une croissance progressive avec un PIB attendu en hausse de 3,5%.

La banque nationale de Belgique mesure le recul du produit à intérieur brut à 6,7% cette année. Un recul trois fois supérieur à celui de la crise de 2008 mais moins grave que redouté. L'année nouvelle devrait marquer le retour d'une croissance progressive avec un PIB attendu en hausse de 3,5%.

La crise sanitaire engendre une perte d'un milliard d'euros pour la Fédération Wallonie-Bruxelles. Un milliard qui vient s'ajouter au déficit prévu de 700 millions, plus le fonds d'urgence durant la crise. Ce trou, l'institution veut le combler en empruntant 1,4 milliard, à plusieurs sources.

Le FMI tire à son tour la sonnette d'alarme face à l'absence de gouvernement en Belgique. Dans son rapport sur notre économie, l'institution s'inquiète de la déterrioration des finances publiques et juge qu'il n'y a plus de temps à perdre pour relancer le train des réformes.

Sophie Wilmès, première femme à occuper le poste de Première ministre en Belgique. Un poste dont la marge de manoeuvre reste toutefois très limitée dans un gouvernement toujours en affaire courante. Elle appelle d'ailleurs à la formation rapide d'une nouvelle équipe fédérale, jugeant qu'il n'y a plus de temps à perdre en la matière.

Pas d'équilibre en vue pour le budget de la Fédération Wallonie-Bruxelles, que du contraire: son déficit, qui s'est déjà creusé à plus de 500 millions d'euros cette année, devrait encore dépasser les 700 millions l'an prochain. Une dégradation que les ministres francophones disent toutefois vouloir maîtriser.

A en croire les derniers chiffres du comité de monitoring, publié par les journaux De Tijd et l'Echo, le déficit budgétaire passera à 11,8 milliards d'euros d'ici la fin de la législature en 2024. Voilà qui va singulièrement compliquer la tâche du prochain gouvernement. Un gouvernement qui peine pourtant à se mettre en place, alors que l'urgence est à nos portes.

1,2 %, c'est le niveau de croissance que devrait connaître l'économie belge ces trois prochaines années. Un niveau plutôt faible mais pas si mauvais au regard du contexte international, souligne la Banque nationale qui appelle à de nouveaux efforts pour soutenir la productivité mais également les finances publiques.

La coalition populiste en Italie refuse de plier face à la Commission européenne. Aucune modification de son budget pour 2019 ne devrait être présenté d'ici à la fin de la journée, soit l'échéance fixée pour revoir sa copie. Le pays prend du coup le risque de sanctions financières dont la mise en oeuvre reste néanmoins assez hypothétique.

La Commission européenne n'a pas de problème avec la Belgique. C'est ce qu'a déclaré ce jeudi le premier ministre, Charles Michel, après l'annonce dans la presse que son projet de budget pour 2019 avait été recalé par l'exécutif européen. Une fake news, a-t-il-dit en substance...

De nouvelles mesures d'austérité vont être mises en oeuvre en Argentine pour stabiliser la troisième économie d'Amérique latine, qui traverse une grave crise monétaire: réduction des dépenses publiques en supprimant des ministères et taxation des exportations.

Le déficit public de l'Etat belge devrait passer de 2,6% du PIB en 2016 à 1,9% de PIB en 2017 et en 2018, avant de remonter par la suite, selon les perspectives économiques à moyen terme du Bureau fédéral du Plan présentées mardi. Pour atteindre l'équilibre, le gouvernement devra prendre des mesures additionnelles, selon l'institution.

Bientôt la rentrée budgétaire pour le gouvernement. Les experts se réunissent cette semaine afin d'étudier les différentes pistes de travail et de discussions. Objectif : trouver 2,4 milliards d'euros pour la mi-octobre.