Tout sur Entreprises

Le dernier baromètre numérique wallon démontre que trop peu d'entreprises wallonnes ont recours à des outils numériques. Pourtant, il en va de leur compétitivité. Grâce au numérique, 60% d'entre elles sont demeurées en activité en pleine crise de la Covid-19.

Un accord est finalement intervenu au sein du gouvernement fédéral pour instaurer un nouveau moratoire sur les faillites jusqu'au 31 janvier 2021. D'ici-là, le gouvernement travaillera également sur un nouveau projet de PRJ mieux adapté à la situation actuelle. Et alors que l'UCM salue cette mesure, du côté de la FEB, l'accueil est un peu plus mitigé.

Malgré la crise du coronavirus, les entreprises continuent à recruter. Selon le Forem, dans plus d'un quart des offres, aucune expérience n'est exigée. C'est pourquoi l'organisme lancera la semaine prochaine une campagne de communication d'un mois à destination des jeunes, pour qui ces offres d'emplois représentent de véritables opportunités.

Le ministre des Indépendants et des Classes moyennes, Denis Ducarme, souhaiterait mettre en place un accompagnement pour tous les indépendants qui ont dû faire aveu de faillite à cause du coronavirus. Certains secteurs d'activité sont toujours à l'arrêt. Leurs faillites semblent inéluctables avant la fin de l'année.

C'est le troisième paquet d'aides aux entreprises. Le premier visait à aider les entreprises obligées de fermer à payer leurs frais de fonctionnement. Le deuxième était destiné à garantir que les entreprises puissent assurer leurs paiements futurs. Cette fois, l'objectif principal est d'encourager les entreprises à continuer d'investir:

La Banque nationale de Belgique a produit son rapport de stabilité annuel. Elle entend rassurer sur la solidité des institutions bancaires dans le pays. Celles-ci sont suffisamment armées pour affronter la crise du coronavirus.

Non, la crise n'est pas finie. La FEB analyse les résultats de son sondage, les entreprises belges interrogées s'attendent à une activité toujours affaiblie durant les six prochains mois. Pour la FEB, c'est évident, la situation ressemble à celle de la Belgique de la fin des années 70, début 80. Les employeurs réclament un gouvernement de plein exercice au plus vite, capable de mettre en oeuvre un plan de relance.