Tout sur Fed

La banque centrale américaine est fortement déterminée à ramener l'inflation à son objectif de 2%. Et pour se faire, elle vient de relever ses taux directeurs de 0,75 points de pourcentage. C'est la plus forte hausse depuis 1994.

Les marchés ont réagi positivement à la décision de la Reserve fédérale américaine. La Fed qui a relevé ses taux directeurs d'un demi-point de pourcentage.

25 points de base pour commencer. La réserve fédérale américaine relève ses taux à court terme pour la première fois depuis 2018. Pour contrer l'inflation, la banque d'Angleterre vient aussi de remonter ses taux.

Les rachats d'actifs seront stoppés début mars. Condition sine qua non pour relever ensuite les taux. La première hausse est attendue dans la foulée de la réunion de la banque centrale américaine prévue mi-mars.

Depuis l'été, l'inflation aux États-Unis a fortement augmenté. Plus 7% en base annuelle. Un niveau jamais vu en 40 ans. Afin de lutter contre la hausse des prix, le président américain affirme que c'est une bonne chose que la Réserve fédérale réduise le caractère accommodant de sa politique monétaire.

La hausse de l'indice des prix à la consommation au mois de novembre aux Etats-Unis s'est accélérée de 0,8%, soit 6,8% sur un an. Il s'agit d'un record depuis le début des années 80. Les prochaines orientations de la banque centrale américaine sont déjà attendues avec impatience.

La Réserve fédérale a décidé de réduire progressivement son soutien monétaire à l'économie américaine. La Fed va donc réduire ses achats d'actifs de 15 milliards de dollars par mois, passant ainsi de 120 milliards à 105 milliards de dollars au mois de novembre.

Les marchés boursiers européens virent au rouge aujourd'hui. Les investisseurs craignent que la Federal Reserve ne réduise son programme d'achats d'actifs d'ici la fin de l'année. Mais il n'y pas que ça qui préoccupe les marchés. En effet, la progression du variant Delta pourrait menacer la reprise et par conséquent, peser sur les marchés boursiers dans les semaines, voire les mois à venir.

La Reserve fédérale américaine a revu à la hausse ses projection d'inflation. 3,4% cette année, bien plus que les 2,4% anticipés en mars. Une majorité des membres de la Fed estime que les taux directeurs devront être relevés deux fois d'ici la fin de 2023.

La Fed n'a pas surpris hier soir. Comme prévu, les vannes restent grand ouvertes pour soutenir la reprise économique et l'emploi. Si Jerome Powell s'est montré plus optimiste quant aux perspectives économiques, il n'a pas encore donné de signal ou de timing concernant un éventuel resserrement monétaire.

Le président de la Fed, Jerome Powell, a déclaré qu'un an après le début de la pandémie mondiale, les pires résultats économiques avaient été évités grâce au soutien agressif des autorités fiscales et de la Fed. Qui comptent poursuivre sur leur lancée.

A l'occasion du forum annuel de Sintra, organisé de manière virtuelle depuis Francfort en raison de la pandémie, les présidents de la BCE et de la Fed ainsi que le gouverneur de la Banque d'Angleterre ont salué les avancées concernant un futur vaccin contre la Covid-19. Ils se sont néanmoins montrés prudents sur les perspectives de reprise économique.

Le dollar, un paramètre important des investisseurs du monde entier. Le dollar, une valeur refuge qui grimpe en période d'incertitudes et qui baisse quand les Bourses montent. Le dollar qui évoluera différemment en fonction du vainqueur des élections américaines.

La Réserve fédérale américaine se montre plus optimiste que prévu sur le rythme de la reprise économique. Pour 2020, l'institution s'attend à un recul du PIB de 3,7% contre une chute de 6,5 précédemment annoncée. Pour 2021 par contre, Jerome Powell n'annonce plus une croissance de 5% mais bien de 4%.