Tout sur gouvernement

Derrière les murs de la Fédération des Entreprises de Belgique, c'est la déception et l'incompréhension. Les syndicats refusent les mesures proposées par les employeurs. Des mesures de flexibilité censées permettre aux entreprises de continuer à travailler dans l'éventualité où le variant Omicron provoquerait un pic d'absentéisme. Les syndicats estiment qu'il faut d'abord utiliser les solutions déjà disponibles avant de proposer de nouvelles idées.

On a évité le pire. C'est la première réaction de l'Union des Classes Moyennes au terme de ce comité de concertation. Un grand soulagement du côté de l'horeca surtout qui peut poursuivre son activité sans limites supplémentaires. 0:00 REACTIONS FC On a évité le pire. C'est la première réaction de l'Union des Classes Moyennes au terme de ce comité de concertation. Un grand soulagement du côté de l'horeca surtout qui peut poursuivre son activité sans limites supplémentaires. QUOTE 1 Pierre-Frédéric Nyst Président de l'UCM "C'est vrai on s'attendait au pire. On nous a annoncé que l'horeca ça allait être des fermetures très tôt à 20h c'est-à-dire des actes équivalents à des fermetures. Déjà 23h le secteur nous dit c'est pas évident. Alors à 20h vous imaginez. Et alors finalement on n'y touche pas. Tant mieux pour eux bien évidemment." La pilule est, par contre, plus difficile à avaler dans les secteurs événementiels, surtout pour les spectacles et les activités à l'intérieur. QUOTE 2 Pierre-Frédéric Nyst Président de l'UCM "Vous avez le secteur événementiel, la culture, là effectivement, c'est très très problématique. Vous avez des spectacles qui ne peuvent être rentables que si on est plusieurs centaines de spectateurs. Ici 200 personnes, là on va avoir de véritables catastrophes. Ce qui nous pousse chez UCM à dire qu'il faut remettre sur la table les aides, la problématique des aides à tous les niveaux de pouvoir. Et probablement continuer à parler aussi du moratoire des faillites. Il va falloir le réinstaller, le prolonger." Télétravail et congés scolaires avancés n'iront pas sans poser de problème dans les PME souligne l'UCM qui déplore les hésitations de ces derniers jours et la multiplication des rumeurs inquiétantes. L'Union des Classes moyenne rappelle aussi son souhait d'une vaccination généralisée.

Les prix ont augmenté de 5,64% au mois de novembre en Belgique. D'après l'office belge des statistiques, il s'agit là du niveau le plus élevé depuis 2008.

En 2014, un groupe de 11 citoyens inquiets a décidé d'agir contre la politique climatique belge, jugée inadéquate. Ils ont ainsi créé une association sans but lucratif et engagé des poursuites judiciaires contre les autorités compétentes. Objectif: rappeler à la Belgique sa responsabilité dans la lutte contre le réchauffement climatique

Créer un mécanisme de solidarité interfédéral en cas de calamité naturelle en Belgique serait une première. C'est en tout cas la direction que souhaite prendre le premier ministre De Croo, afin de répondre aux futurs besoins des sinistrés et aux dégâts que pourrait causer le changement climatique.

Le gouvernement s'explique devant le parlement sur sa proposition de médiation aux partenaires sociaux. La norme salariale est confirmée à 0,4%, plus 2,8% d'inflation. L'exécutif ajoute la possibilité de négocier une prime de 500 euros dans les entreprises qui ont bien performé.

Négociations bloquées dans le Groupe des dix. Les discussions sur la marge salariale sont dans l'impasse. Le désaccord porte surtout sur la prime non-récurrente qui pourrait être accordée en plus de la marge salariale mais seulement dans les entreprises qui ont bien performé pendant la crise. Les employeurs laissaient la porte ouverte dans certaines entreprises, les syndicats souhaitaient négocier au niveau des secteurs.

Les réprésentants des distributeurs de boissons sont reçus par le gouvernement wallon. Un gouvernement qui prépare des mesures de soutien pour les fournisseurs indirectement touchés par la crise, c'est-à-dire tous les acteurs qui dépendent d'entreprises fermées suite aux décisions des pouvoirs publics. Des dispositifs existent en Flandre, à Bruxelles, pas encore dans le Sud du pays.

Les mesures prises pour limiter la pandémie ont conduit à la limitation et à l'annulation de nombreux événements culturels. La Sabam a fait le compte. La société des auteurs compositeurs et éditeurs estime que la seule vente de tickets a baissé de 87% l'an dernier.

Une délégation des représentants des métiers de contact a rencontré ce matin le Premier ministre, Alexander De croo. Une rencontre qui avait pour but d'obtenir le feu vert du gouvernement pour une réouverture le 15 décembre. Sans succès. En revanche, les professions de contact ont obtenu la garantie qu'en cas d'amélioration de la situation sanitaire, ils feraient partie des premiers à pouvoir reprendre le travail. Les autorités leur ont également promis une étude chargée d'évaluer si les métiers de contact sont des clusters ou non.

L'UNIZO conseille aux indépendants de continuer à payer leurs factures, dans la mesure du possible. Cela pour éviter un effet de domino par lequel les entreprises se mettent mutuellement en danger. L'Union des PME et des indépendants flamands demande aussi aux pouvoirs publics de faire la même chose.

Le nouveau gouvernement a officiellement prêté serment ce jeudi devant le Roi. Alexander De Croo, nouveau Premier ministre succède ainsi à Sophie Wilmès, qui deviendra, elle, ministre des Affaires étrangères. De nouveaux visages font également leur apparition, comme Mathieu Michel ou encore Eva De Bleeker.

A Eeklo, au nord de Gand, Ontex fabrique des couches pour bébés, des serviettes hygiéniques et des protège-slips. Dans une pièce séparée, une nouvelle ligne produit des masques de confort depuis le mois d'août. 100.000 pièces par jour environ, pour le moment.

Le CNS maintient la bulle des cinq personnes mais décide quelques assouplissements: le shopping à deux est autorisé et un public plus marge pourra assister aux événements culturels, sportifs et professionnels. Les écoles ouvriront leurs portes en septembre.

Lutter contre le phénomène de pauvreté infantile n'est pas qu'une nécessité sociale, c'est aussi un investissement rentable pour l'État. C'est ce qui ressort d'une étude menée par la Vlerick Business School et commandée par la Fondation Pelicano, qui oeuvre contre la précarité des enfants. Ainsi, un euro dépensé par le gouvernement dans cette optique rapporterait entre 5 et 9 euros sur le long terme.

Le pays a besoin d'un gouvernement fédéral rapidement. Mais d'abord, un plan d'urgence. Selon Itinera, le programme facilitera la composition de l'équipe. Le think tank formule ses recommandations.

A partir du premier juillet, la bulle de contacts privés passera de 10 à 15 personne par semaine. C'est une des nouveautés de la phase 4 du déconfinement, avec l'ouverture des piscines, des salles de spectacles, des cinémas, des parcs d'attractions, entre autres, mais sous conditions.

Deux trimestres d'affilée de repli, c'est la définition de la récession. Après un recul d'1,9% fin de l'an dernier, le PIB japonais a plongé de près d'1% ce premier trimestre.

Le gouvernement a levé l'interdiction des promotions et le comportement des consommateurs s'est stabilisé. Test-Achats est en train de constater un retour à la normale des prix, petit à petit.