Tout sur grève

Manifestation du personnel hospitalier sur la Grand Place de Mons. Comme ailleurs en Wallonie et à Bruxelles, ils interpellent les autorités sur des conditions de travail difficiles.

Une cinquantaine de manifestants maximum c'est la règle durant la pandémie. Les syndicats ont aussi demandé au personnel d'IBM en télétravail de suspendre leurs activités professionnelles à la maison. Les grévistes reprochent à la direction un manque de critères pour déterminer les départs volontaires.

La fédération des entreprises de Belgique déplore la grève. Les employeurs estiment que la hausse de salaires envisagée est significative dans un contexte de crise. Au moins 3,2%, si on prend en compte l'indexation automatique.

C'est par vidéoconférence que le Groupe des dix a officiellement lancé les négociations interprofessionnelles ce lundi. Des négociations délicates. Le syndicat chrétien pour le secteur de la distribution a néanmoins pris la parole. L'ACV Puls conteste la marge maximale de 0,4% d'augmentation des salaires en plus de l'inflation.

L'entrée de la rue Neuve à Bruxelles un 24 décembre. Les dernières heures de shopping avant la soirée du réveillon. L'application des mesures d'hygiène s'impose avant d'entrer dans les magasins. Mais un piquet de grève de la CNE empêche les clients de pousser les portes de la boutique de vêtements du groupe néerlandais WE.

Tensions sociales chez Wibra. Vingt-et-un magasins de l'enseigne de prêt à porter bon marché sont restés portes closes ce vendredi. A l'appel des syndicats, le personnel demande des garanties sur son avenir. Placé en PRJ, Wibra envisagerait de ne poursuivre ses activités qu'avec 30 magasins sur 81. Les syndicats craignent qu'une faillite ne soit prononcée pour les magasins non repris.

Mouvement de grève inédit ce mercredi pour les travailleurs du secteur des titres-services. Des travailleurs qui entendent bien obtenir une augmentation des salaires bruts de 1,1%, comme prévu dans l'accord interprofessionnel. Mais jusqu'à présent, les employeurs refusent, notamment en raison de dispositions spécifiques à la Flandre.

La grève des transports n'en fini plus dans l'Hexagone. Le mouvement, devenu hier le plus long du genre depuis plus de 30 ans, pèse de plus en plus sur l'activité et le moral des commerçants, tout particulièrement à Paris. D'autant que la perspective d'une résolution du conflit semble encore bien éloignée.

Et en cette veille Noël les commerces tournent à plein régime. Pas tous toutefois. A Paris si l'ambiance propres aux fêtes de fin d'année est bien présente, les affaires, elles, tournent au ralenti.

Une grève de 24 heures a débuté ce mercredi dans la plupart des brasseries et dépôts belges du brasseur AB InBev. Par ce mouvement d'humeur, les organisations de travailleurs entendent demander des garanties pour le travail du personnel et un calcul correct des salaires.

Une circulation difficile depuis hier sur les rails belges. la SNCB doit faire face à une chaleur caniculaire qui impacte son réseau et ses matériaux roulants. Entre les incidents techniques et la surchauffe des trains, de nombreuses perturbations sont à déplorer et la compagnie cherche à mettre en place des solutions pour amener, malgré tout, les voyageurs à destination. Une grève est également prévu pour ce samedi 27 juillet, impactant une nouvelle fois les trajets.

En bref, dans le reste de l'actualité économique: les résultats de la compagnie aérienne SAS plombés par une grève des pilotes, la suppression confirmée de plus de 1.000 emplois par General Electric en France et l'éventualité d'une seconde cotation boursière à Hong Kong qu'envisagerait le géant chinois Alibaba.

Les chauffeurs Uber font grève ce mercredi 8 mai dans 6 grandes villes des États-Unis. Ils dénoncent des mauvaises conditions de travail et des salaires revus à la baisse.

Grève nationale ce mercredi. Les syndicats réclament des augmentations de salaires, des fins de carrières adaptées et une meilleure mobilité. Des revendications à l'adresse du gouvernement et des employeurs.

Les concessionnaires bruxellois de Mercedes-Benz en grève depuis hier. Une grève qui s'est encore poursuivi ce mercredi, alors que la concertation avec la direction n'a pour l'instant livré aucune avancées, selon les syndicats qui agissent en en front commun. Il réclament une revalorisation salariale, au travers notamment de primes ou de chèques repas.

Après 7 jours de grève les syndicats et la direction sont parvenus à un accord dans la nuit. Un soulagement pour les deux parties et la fin d'une situation particulièrement problématique alors que 100 vols étaient encore annulés ce mercredi.