Tout sur immo

D'après la fédération des notaires, le deuxième trimestre est marqué par un niveau de transactions jamais vu en 12 ans. De quoi pousser les prix à la hausse avec, en moyenne sur un an, une augmentation de 10.000 euros pour une maison.

251.584 euros, c'est très précisément le prix moyen en 2018 d'une maison en Belgique. Selon le Baromètre des notaires, il s'agit là d'une hausse de 4,7% sur un an. Et compte tenu l'inflation, cela serait la première réelle augmentation des prix en cinq ans.

On appelle ces cubes des "nano-logements", des appartements de moins de 20 mètres carrés. A Hong Kong, la flambée des prix immobiliers pousse les jeunes qui travaillent à vivre dans des espaces toujours plus petits

On a vu vendredi qu'il était plus intéressant de louer plutôt que d'acheter un bien immobilier. On va se pencher aujourd'hui sur le cas des crises immobilières. Quelles leçons peut-on en tirer et surtout quelles mesures faudrait-il prendre pour changer la donne ?

Focus ce vendredi sur l'immobilier. Alors, la question ne sera pas de savoir si oui ou non la brique est trop chère dans notre pays, mais plutôt de s'intéresser à la pertinence d'investir dans une maison ou un appartement. Un concept cher au Belge, dont on dit volontiers qu'il a une brique dans le ventre. Et si louer était plus intéressant que d'acheter ? Ou quand on oppose le pragmatisme à l'émotionnel... Est-il intelligent de devenir propriétaire ?

On le sait en Belgique les crédits hypothécaires ont la cote et l'immobilier se porte plutôt bien. Les Belges ont une brique dans le ventre, dit-on. Encore faudrait-il que cet appétit n'engendre pas une bulle immobilière, une crainte évoquée récemment par la BNB. A tort ou à raison ?

Le Comité Européen du Risque Systémique s'inquiète de l'évolution du marché immobilier résidentiel en Belgique. Selon cette institution une hausse rapide de la charge de la dette des ménages liée à la hausse considérable des prix de l'immobilier pourraient être à la base d'un risque systémique pour la stabilité financière.

Le surendettement augmente - Les transactions immobilières reculent - L'Allemagne s'engage pour le Ceta - Les exportations chinoises basculent

Depuis avril, des dizaines de milliers de Belgradois défilent, crient à la corruption et à l'abus de pouvoir, pour protester contre la rénovation pharaonique d'un quartier d'entrepôts devenu centre de la vie nocturne "bobo" dans la capitale serbe.

Ce premier trimestre, les Belges étaient nombreux à se tourner vers la brique. Plus 9,4% par rapport au trimestre précédent. Un chiffre du baromètre des notaires qui reflète l'évolution des signatures de compromis de ventes.

2015, année de transition pour la société immobilière Home Invest Belgium. Sa spécialité: les immeubles résidentiels et la mise en location d'appartements.

2015 a été une bonne année pour l'immobilier, en particulier pour la construction clé-sur-porte, avec une augmentation de 15 % des transactions en Wallonie. La hausse est due aux taux particulièrement bas, mais aussi aux solutions qu'apporte le clé-sur-porte, surtout face à la réglementation de plus en plus compliquée pour les candidats bâtisseurs.

La banque CBC a mis en place un baromètre afin de dresser le portrait de l'acquéreur immobilier wallon. Verdict: l'achat immobilier est souvent considéré comme le projet de toute une vie. A ce titre, son élaboration prend souvent plusieurs années.

Emprunter de l'argent pour acheter une maison n'a jamais été aussi bon marché. Selon une étude de guide-épargne.be, les dix meilleures offres de crédit hypothécaire sur vingt ans culminaient en moyenne à 2,65% le samedi 6 février. Le taux plancher le plus bas jamais atteint en Belgique.