Tout sur inflation

Depuis l'été, l'inflation aux États-Unis a fortement augmenté. Plus 7% en base annuelle. Un niveau jamais vu en 40 ans. Afin de lutter contre la hausse des prix, le président américain affirme que c'est une bonne chose que la Réserve fédérale réduise le caractère accommodant de sa politique monétaire.

D'après les économistes d'ING, les salaires devraient augmenter cette année en zone euro. Tous les critères sont réunis. En effet, l'inflation élevée combinée à un marché du travail tendu entraîneront les salaires à la hausse et ce, après une longue période de stagnation.

La période des soldes est traditionnellement la période des bonnes affaires. Pas dans les supermarchés toutefois. Selon une enquête de nos collègues de Tends, les prix ont sensiblement augmenté depuis le 1er janvier. Plus 4,4% chez carrefour. Plus 3% chez Delhaize.

Inflation record en zone euro / Moins d'emplois créés aux États-Unis que prévu / Argenx va dépenser un milliard de dollars

La hausse des prix à la consommation a atteint 36,08% sur un an en décembre en Turquie, un record depuis septembre 2002. Cette inflation, plus de sept fois supérieure à l'objectif initial du gouvernement, s'explique par la chute de la livre turque qui a perdu près de 45% face au dollar sur un an

Confronté à une inflation galopante et à un effondrement de la livre turque, le président Erdogan a annoncé plusieurs mesures de soutien que les analystes assimilent à une hausse indirecte des taux d'intérêt. Une annonce qui a revigoré le devise turque, plombéé justement par la politique de taux bas pronée par le président Erdogan.

La Banque nationale s'attend à un fort ralentissement de l'économie belge en raison de l'envol des prix de l'énergie et de la dégradation de la situation sanitaire. Le variant Omicron ne devrait pas avoir de conséquences majeures sur l'économie. La reprise étant attendue au printemps. L'inflation fera toutefois grimper les coûts salariaux de 4,5 % l'an prochain.

La hausse de l'indice des prix à la consommation au mois de novembre aux Etats-Unis s'est accélérée de 0,8%, soit 6,8% sur un an. Il s'agit d'un record depuis le début des années 80. Les prochaines orientations de la banque centrale américaine sont déjà attendues avec impatience.

La croissance est toujours bien au rendez-vous en Wallonie, et c'est une bonne nouvelle. Mais, une moins bonne l'accompagne : cette croissance ralentit, en partie à cause de l'inflation, des contraintes d'offres et de la récente recrudescence de l'épidémie.

C'est une tradition en fin d'année, Saxo Bank publie ses 10 prévisions chocs pour l'an neuf. Celles-ci portent sur une série d'événements peu probables, mais sous-estimés qui, s'ils devaient se réaliser, pourraient provoquer une onde de choc sur les marchés financiers. De quoi faire réfléchir sur de nombreux sujets.

Les prix ont augmenté de 5,64% au mois de novembre en Belgique. D'après l'office belge des statistiques, il s'agit là du niveau le plus élevé depuis 2008.

Tout est de plus en plus cher pour l'industrie alimentaire belge. Les coûts augmentent et pas seulement les prix des ingrédients. L'industrie prévient, elle va augmenter les prix pour les consommateurs. D'autant plus que le secteur veut produire de façon plus durable. Les investissements vont coûter cher.Fevia

La livre turque n'en finit plus de couler. Hier encore, la devise nationale perdait 15%, à près de 13,50 livres pour un dollar. Un niveau historiquement bas, qui intervient alors que le président, Recep Tayyip Erdogan, continue de faire pression sur la banque centrale turque, pour qu'elle baisse les taux d'intérêt.

La vente de la branche irlandaise de KBC à Bank of Ireland pour environ 5 milliards d'euros a entraîné un impact négatif unique de 319 millions d'euros ce trimestre. En même temps, la banque reprend 260 millions d'euros de tampons corona précédemment créés. Cela compense et soutient le bénéfice, qui est meilleur que prévu.

Alors que plus de la moitié des entreprises font face à des pénuries de personnel, les problèmes d'approvisionnement continuent de s'aggraver. Et pèsent sur les coûts des entreprises. C'est le résultat d'une enquête menée par l'Economic Risk Management Group (ERMG). De quoi entraver la reprise et faire grimper les prix.

Alors que plus de la moitié des entreprises font face à des pénuries de personnel, les problèmes d'approvisionnement continuent de s'aggraver. Et pèsent sur les coûts des entreprises. C'est le résultat d'une enquête menée par l'Economic Risk Management Group (ERMG). De quoi entraver la reprise et faire grimper les prix.

La Réserve fédérale a décidé de réduire progressivement son soutien monétaire à l'économie américaine. La Fed va donc réduire ses achats d'actifs de 15 milliards de dollars par mois, passant ainsi de 120 milliards à 105 milliards de dollars au mois de novembre.

L'inflation était au coeur des débats à la Banque centrale européenne. Une inflation qui va encore grimper cette année sous l'effet des prix de l'énergie et de la reprise économique avec tous ses problèmes de livraisons. Les choses devraient progressivement rentrer dans l'ordre l'an prochain.