Tout sur Iran

L'Iran a riposté à l'assassinat d'un de ses généraux par les Etats-Unis. Deux bases irakiennes abritant des soldats américains ont été bombardées cette nuit. De quoi raviver les tensions sur les marchés financiers.

La production de pétrole de l'Arabie saoudite, le plus gros exportateur mondial d'or noir, est temporairement réduite de moitié après une attaque de drones revendiquée par les rebelles yéménites qui a provoqué samedi des incendies dans deux sites du géant Aramco. Une action aussitôt condamnée par les Etats-Unis qui ont accusé l'Iran d'en être responsable.

Donald Trump annonce qu'il va mettre en place de nouvelles sanctions contre Téhéran. Des sanctions qui n'auront aucun résultat, estime le gouvernement iranien. Dans le pays, les produits importés de l'étranger ont de plus en plus de mal à s'écouler.

Les cours du pétrole et de l'or ont connu de fortes hausses sur les marchés internationaux. La recrudescence des tensions internationales entre les Etats-Unis et l'Iran n'y est pas étrangère. Une hausse des cours qui devrait se poursuivre à court terme.

Le ministre saoudien de l'énergie ne semble pas presser de réaliser les souhaits de Donald Trump. Le Président américain compte sur une augmentation de la production. Mais le leader de l'OPEP ne veut pas relancer ses pompes directement.

Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a décidé de mettre fin aux dérogations permettant à huit pays d'acheter du pétrole iranien. Il entend de la sorte "porter à zéro les exportations" de brut de Téhéran. La Chine qui fait partie des pays visés par cette mesure a vivement réagi.

Appels internationaux moins chers ? - Sanctions US en Iran: Paris, Berlin et Londres unis - Nouveau boulet au pied de Facebook

Deux jours après le retrait américain de l'accord nucléaire iranien, les marchés se sont stabilisés dans l'attente de la réponse européenne. Une réunion est prévue à Bruxelles mardi prochain.

L'indignation est quasi générale au lendemain de l'annonce du retrait des Etats-Unis de l'accord nucléaire signé avec l'Iran en 2015, qui en plus de garantir que l'Iran ne se dote pas de l'arme nucléaire, ouvrait aux entreprises européennes un marché prometteur de 80 millions de personnes.

Donald Trump a annoncé mardi le retrait des Etats-Unis de l'accord nucléaire iranien conclu en 2015 à Vienne entre Téhéran et 6 pays: Chine, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne. Cet accord supprimait les sanctions contre la République islamique en contrepartie de son engagement de ne pas se doter de l'arme nucléaire.

Le retour de sanctions américaines, une menace face à laquelle le président iranien ne veut pas montrer d'inquiétude. Hassan Rouhani tenait ce mardi un réunion avec des producteurs de pétrole. Le Président de la Banque centrale iranienne partage l'opinion du chef de l'Etat.

Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a reçu ce jeudi le soutien des Européens à l'accord sur le nucléaire iranien. L'inquiétude grandit avant une décision imminente de Donald Trump qui pourrait rétablir les sanctions américaines contre Téhéran.