Tout sur Italie

Des kilos de produits végétaux jetés aux ordures faute de clients. Dans la région de Rome, 70% de cette production est invendue, le reste s'écoule à prix réduit ou est donné à des oeuvres de bienfaisance.

Ursula von der Leyen a présenté ce jeudi les excuses de l'Europe à l'Italie pour ne pas lui être venue en aide assez rapidement face au coronavirus. La présidente de la Commission européenne a par ailleurs souligné les actions de solidarité et l'effort entrepris par la suite. L'Europe étant devenue, selon elle, le coeur battant de la solidarité dans le monde.

Il ne se passe pas une heure sans qu'un nouveau décès, de nouveaux cas ou de nouvelles zones de confinement soient annoncés en Europe. A tel point qu'une réunion d'urgence a été organisée en Italie, le plus gros foyer de contamination en Europe.

Medi-Market poursuit son expansion à l'international. Après l'Italie au début de cette année, le groupe belge de parapharmacie et pharmacie s'attaque désormais à la France, un marché très concurrentiel. Et il ne compte pas s'arrêter là puisqu'il envisage également le marché espagnol pour la suite.

Après 12 heures des négociations marathon, les ministres européens des Finances se sont finalement entendus ce vendredi sur les grandes lignes d'un budget de la zone euro. Pas d'accord toutefois sur la question la plus épineuse, à savoir celle du financement. Pas d'avancée non plus sur l'Union bancaire, lancée en 2012 après la crise financière.

L'annonce était dans l'air, la voilà confirmée: le constructeur automobile italo-américain Fiat Chrysler a proposé ce lundi à son homologue français Renault une fusion à parité. Une fusion qui pourrait donner naissance au troisième groupe mondial du secteur.

Les puissances occidentales, États-Unis en tête, dénoncent les visées géopolitiques de la Chine. Avec ses nouvelles routes de la soie, le pays est soupçonné de vouloir cimenter son influence, contrôler des matières premières et écouler ses surcapacités industrielles. Bruxelles ne voit donc pas d'un très bon oeil le rapprochement récent entre l'Italie et la Chine.

La coalition populiste en Italie refuse de plier face à la Commission européenne. Aucune modification de son budget pour 2019 ne devrait être présenté d'ici à la fin de la journée, soit l'échéance fixée pour revoir sa copie. Le pays prend du coup le risque de sanctions financières dont la mise en oeuvre reste néanmoins assez hypothétique.

Réunis ce lundi jusque tard dans la nuit, les ministres des Finances de la zone euro ont pressé la coalition populiste au pouvoir en Italie de revenir sur son projet de budget. Un projet largement en dehors des clous européens, et rejetté il y a deux semaines par la Commission européenne.

Sans surprise, la Commission européenne a durci ce mardi son bras de fer avec la coalition populiste au pouvoir en Italie. L'exécutif européen a en effet rejeté le projet de budget 2019, une première dans l'histoire de l'Union européenne.

La bourse de Milan a connu une séance difficile au lendemain de l'annonce par le gouvernement italien de son budget pour les trois prochaines années. Un budget en déficit de 2,4%, soit trois fois plus que ce que prévoyait l'exécutif précédent.

Les spéculations sont allées bon train autour des chiffres attendus pour le plan budgétaire italien 2019. Certains ont même parlé d'un report possible de la séance faute d'accord, voire de la démission du ministre des finances.

Outre les tensions commerciales, plusieurs rendez-vous politiques pourraient fortement influencer les marchés ces prochains mois. On pense notamment aux élections en Suède et aux Etats-Unis ou encore au budget italien.

Moment historique en Espagne ce vendredi, le Président du Gouvernement Mariano Rajoy au pouvoir depuis 2011 est renversé par une motion de censure. En Italie, le nouveau gouvernement anti-système a prêté serment vendredi. Giuseppe Conte est finalement confirmé au poste de premier ministre.

Le taux de chômage à 8,5% en zone euro - La détente se poursuit pour la dette italienne - Une reprise des ventes de smartphone en 2019 - Il manque environ 8.000 chauffeurs de camions en Belgique.