Tout sur Marché du travail

80% des Belges entre 20 et 64 ans devraient travailler d'ici 2030. C'est l'ambition de la réforme du marché du travail. Le gouvernement veut doper le taux d'emploi en donnant plus de flexibilité aux employeurs et aux salariés.

L'accord sur la réforme du marché du travail a suscité de nombreuses réactions. Du côté syndical, on se montre très critique. Le front commun syndical se dit même consterné s'agissant des mesures concernant le travail de nuit. Si les organisations syndicales saluent les initiatives concernant la formation ou le droit à la déconnexion, elles sont nettement moins enthousiastes sur la semaine des 4 jours.

Le marché du travail, c'est aussi l'intérim. En 2021, le secteur n'a pas rattrapé son niveau d'activité d'avant-crise, mais a néanmoins connu une forte progression. La conséquence des nombreuses absences liées au covid-19 évidemment. Mais pas seulement. 2021 était aussi synonyme de reprise de l'activité, à un moment où les entreprises peinent à recruter.

Le marché du travail, c'est aussi l'intérim. En 2021, le secteur n'a pas rattrapé son niveau d'activité d'avant-crise, mais a néanmoins connu une forte progression. La conséquence des nombreuses absences liées au covid-19 évidemment. Mais pas seulement. 2021 était aussi synonyme de reprise de l'activité, à un moment où les entreprises peinent à recruter.

David Card a analysé les effets du salaire minimum, de l'immigration et de l'éducation sur le marché du travail. Il reçoit la moitié du prix doté de près d'un million d'euros. L'autre moitié de la récompense se partage entre les Américains Joshua Angrist et Guido Imbens pour leurs contributions méthodologiques à l'analyse des relations de cause à effet.

Bonne nouvelle sur le front de l'emploi. Le taux de chômage en Wallonie a baissé à 13,2% en août. Pour le sixième mois consécutif, le nombre de demandeurs d'emploi inoccupés diminue sur base annuelle et ce, dans toutes les classes d'âge. Ajoutez à cela une nouvelle augmentation du nombre d'offre d'emploi et vous avez, selon le Forem, des signes clairs de reprise.

Nous utilisons de plus en plus les réseaux sociaux pour trouver un emploi. C'est ce qui ressort d'une étude internationale réalisée par Randstad. Chez nous aussi, nous utilisons davantage Google, Facebook et LinkedIn pour nos recherches d'emploi. Néanmoins, les intermédiaires publics et privés tels qu'Actiris, le Forem ou encore les agences d'intérim, restent les acteurs incontournables sur le marché du travail belge.

Entre 2008 et 2019, 422 000 emplois nets ont été crée dans notre pays. Une bonne nouvelle, teintée cependant d'un bémol: plus d'un emploi sur trois l'a été dans le secteur social, l'enseignement ou la santé. Tandis que des emplois ont été perdus dans les secteurs manufacturier et financier. Des changements qui ont un impact sur la productivité... et le paiement des pensions.

Le président de la Réserve fédérale américaine a rassuré les marchés. Auditionné hier soir par les parlementaires américains, Jerome Powell a assuré qu'il continuerait à donner la priorité absolue à l'amélioration du marché du travail. S'agissant de la poussée inflationniste, il a une nouvelle fois considéré qu'elle n'était que temporaire.

Il n'y a jamais eu autant de travailleurs sous contrat à temps plein au cours des quatre dernières années. Selon les données du prestataire de services RH Acerta, 63,7% des Belges actifs bénéficiaient d'un tel contrat l'an dernier. Ils n'étaient que 61%, il y a cinq ans.

Il n'y a jamais eu autant de travailleurs sous contrat à temps plein au cours des quatre dernières années. Selon les données du prestataire de services RH Acerta, 63,7% des Belges actifs bénéficiaient d'un tel contrat l'an dernier. Ils n'étaient que 61%, il y a cinq ans.

2021 sera une année de transition pour la plupart des entreprises, avant une timide reprise des affaires en 2022. C'est en tous cas ce qu'espèrent les responsables d'entreprises belges interrogés par l'Economic Risk Management Group. Si une reprise est attendue l'an prochain, les entrepreneurs s'attendent tout de même à encore observer une perte de 4% de leur chiffre d'affaires en 2022.

Près d'un travailleur sur 4 déclare avoir été promu au cours des cinq dernières années. Mais sans grande surprise, les hommes restent davantage bénéficiaires de promotions durant leur carrière que les femmes. C'est ce qui ressort d'une étude menée par Randstad auprès de 12.000 travailleurs.

Alors que la crise du coronavirus a accéléré le développement du télétravail, d'autres changements pourraient bien intervenir dans les entreprises. Dans la manière de rémunérer les salariés par exemple.

Selon une étude réalisée par SD Worx et l'Antwerp Management School, plus de 80% des Belges sont fiers de leur travail. Un score qui permet à la Belgique de décrocher la première place du podium, suivie de nos voisins néerlandais et allemands. La France quant à elle, ferme la marche avec seulement 57% des personnes interrogées.